Leçons de Ténèbres Michel Lambert

L'une des expressions les plus poignantes de la spiritualité baroque française, illustrée par un compositeur de l'intime à la vocalité touchante de simplicité et d'élégance. En écho, les oeuvres de Guillaume-Gabriel Nivers témoignent de l'influence de cet art du chant sur la musique d'orgue du Grand Siècle. Sublime !



Mercredi 28 mars 2018, 20 h 30
Cathédrale Saint-Christophe de Belfort


Leçons de Ténèbres
Michel Lambert (1610-1696)

Marc Mauillon, voix
Myriam Rignol, viole de gambe
Thibaut Roussel, théorbe
Marouan Mankar, clavecin et orgue positif

Oeuvres pour orgue
Guillaume-Gabriel Nivers (1632-1714)
Jean-Charles Ablitzer, grand-orgue

Benoît Colardelle, lumières


Michel Lambert est bien connu des amateurs de musique baroque française. En effet, ses Airs de cour sont des chefs-d'œuvre absolus, désarmants de simplicité et de grâce, d'une finesse de prosodie et d'ornementation extraordinaires, portant ce genre à son apogée.

Ses deux cycles de Leçons de Ténèbres sont pourtant moins connus. L'Office des Ténèbres connaît en France à la fin du XVIIe siècle un engouement considérable. Pendant le Carême, les théâtres étant fermés, on accoure à l'église, seul lieu où l'on peut écouter de la musique.. De plus le texte de ces Leçons, extrait des Lamentations de Jérémie, est très expressif et passionné, donc un matériau très inspirant pour les compositeurs.

L'amateur de musique baroque pensera d'emblée aux célèbres Leçons de Ténèbres pour le mercredi saint de François Couperin mais bon nombre de compositeurs se sont essayés à ce genre et donc parmi eux, Lambert.

Son premier cycle (chacun est complet à savoir 3 Leçons pour l'office du mercredi, jeudi et vendredi saints) a été composé entre 1662 et 1663. Ces Leçons sont donc considérées comme étant parmi les premières connues en France. Précurseur du genre, Lambert, garde un lien étroit avec la mélodie grégorienne originelle et alterne des passages de cantilation avec ces ornementations mélismatiques de toute beauté qu'on lui connaît si bien en musique profane, de sorte qu'à l'écoute on reste saisi par ces sortes d'Airs de cour sacrés, si expressifs et fervents.

Traditionnellement les Leçons de Ténèbres étaient chantées dans des couvents par des voix féminines (d'où peut-être leur popularité) mais il est difficile de se résoudre à penser que le plus grand chanteur de son siècle, reconnu comme tel par ses contemporains, n'ait pas chanté lui-même ses propres Leçons, tout comme il chantait ses Airs de cour d'ailleurs. En pédagogue renommé, que Lambert ait pu confier un cycle entier de Leçons de Ténèbres à de jeunes voix ecclésiastiques sans en peaufiner les moindres détails semble étonnant, voire improbable.

Guillaume-Gabriel Nivers (1632 -1714) exerce ses fonctions d'organiste de la chapelle royale à partir de 1678, Michel Lambert étant Maître de musique de la chambre du roi depuis 1661. C'est à cette période que l'écriture pour orgue connaît une profonde transformation. La polyphonie est en partie abandonnée pour faire place aux récits, largement inspirés de l'art du chant. La confrontation de ces deux styles musicaux, la manière de chanter, appliquée à l'orgue à la demande des compositeurs, principalement dans la réalisation des ornements et dans la façon de couler certaines notes, montre l'influence considérable qu'a pu exercer l'opéra de Lully sur l'écriture pour clavier. Pour s'en persuader, il suffit de lire ce que Nivers donne comme conseil pour l'interprétation de ses pièces dans la préface de son livre d'orgue de 1665 :

« De touttes ces choses on doit consulter la méthode de chanter, parce qu'en ces rencontres l'orgue doit imiter la voix »

 

Concert proposé par Les Amis de l'Orgue et de la Musique de Belfort et le festival Musique et Mémoire avec le soutien spécifique du Département du Territoire de Belfort et de la Ville de Belfort.

12 € (normal), 10 € (adhérents AOMB, Musique et Mémoire), 5 € (moins de 18 ans, étudiants, demandeurs d'emploi, allocataires du RSA)
sur présentation des justificatifs correspondants

Réservation conseillée 
06 40 87 41 39 / festival@musetmemoire.com

 



Ténèbres


 Ensemble les Timbres (ensemble associé (2017-2018-2019)
 PROJET BAL - TOURNOI / Médiation artistique et transmission
 Le mythe d’Orphée / médiation artistique et transmission


Vosges du Sud
Profitez du festival Musique et Mémoire pour vous immerger au coeur des Vosges du Sud.

Programme 2018
Fabuleux théâtre des humeurs baroques, le festival Musique et Mémoire célèbre du 13 au 29 juillet 2018 sa 25e édition.

Une 25e édition sidérante !